Milton Erickson

Milton Hyland Erickson, né le 5 décembre 1901 à Aurum et décédé le 25 mars 1980 à Phœnix, est un psychiatre américain réputé pour ses travaux sur l'hypnose.



Catégories :

Psychiatre américain - Naissance en 1901 - Décès en 1980 - Hypnose - Développement personnel

Recherche sur Google Images :


Source image : www.conversationalhypnosis.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Milton erickson : Le plus grand hypnotiseur et thérapeute du siècle dernier (pnl). L'hypnose vue par Milton Erickson est une pratique avant tout intuitive... (source : referencement-site-pro)
  • La stratégie en thérapie ou L'hypnose sans hypnose de Milton H. Erickson -... " Faites confiance a votre inconscient" : Milton Erickson est un personnage qui... (source : livre.fnac)
  • ERICKSON découvre l'hypnose au cours de sa troisième année de médecine, ... le premier congrès Mondial consacré à MILTON ERICKSON est organisé, ... (source : le-dp)

Milton Hyland Erickson, né le 5 décembre 1901 à Aurum (Nevada) et décédé le 25 mars 1980 à Phœnix (Arizona) , est un psychiatre américain réputé pour ses travaux sur l'hypnose. L'approche innovante d'Erickson repose sur la certitude que le patient possède les ressources pour répondre de manière nouvelle aux situations qu'il rencontre : il s'agit d'utiliser ses compétences et ses possibilités d'adaptation personnelles. Pendant près d'un demi-siècle, Erickson a joué un rôle prépondérant dans le domaine du renouvellement de l'hypnose à laquelle il a donné ses lettres de noblesse aux États-Unis. Au cours de sa carrière, il a surtout collaboré avec Margaret Mead, Gregory Bateson, Lawrence Kubie et Aldous Huxley.

L'hypnose ericksonienne a donné naissance à la thérapie brève et a fortement influencé les créateurs de l'École de Palo Alto[1] et de la Programmation neuro-linguistique (PNL).

La jeunesse d'Erickson

Milton Erickson naît dans une ville minière du Nevada avec un certain nombre de troubles sensoriels et perceptifs congénitaux (daltonisme, amusie) qui l'amènent à vivre le monde d'une manière différente de celle des autres ainsi qu'à prendre en compte, dès son plus jeune âge, la relativité des cadres de références des êtres humains[2]. Il comprend particulièrement vite la relativité des sens de la vision et développe un extraordinaire sens de l'observation. Quelques années après sa naissance, ses parents s'installent dans le Wisconsin, après y avoir acquis une ferme[3]. Le jeune Milton souffre aussi de dyslexie.

Erickson est frappé une première fois par la poliomyélite à l'âge de 17 ans[2], ce qui lui laisse de nombreuses et douloureuses séquelles physiques. Ses efforts pour se rééduquer l'amènent à redécouvrir par lui-même énormément des phénomènes classiques de l'hypnose et de la manière de les utiliser à des fins thérapeutiques[2].

Statut de l'hypnose au début du XXe siècle

Avec la mort du neurologue Jean-Martin Charcot en 1893, qui marque la fin de l'École de la Salpêtrière, la pratique de l'hypnotisme décline dans les milieux médicaux[4]. Cette pratique fait l'objet d'un interdit, autant du coté de la psychologie expérimentale que de la psychanalyse. Ainsi, Wilhelm Wundt, le père fondateur de la psychologie expérimentale, affirme que «les suites fâcheuses que laisse après elle l'habitude de l'hypnose [... ] se manifestent dans l'amoindrissement de la résistance nerveuse et morale»[5]. De son coté, Sigmund Freud, le fondateur de la psychanalyse, déclare en 1917 que «la psychanalyse elle-même ne date que du jour ou on a renoncé à avoir recours à l'hypnose».

C'est avec Clark L. Hull, un des pères fondateurs de la psychologie expérimentale et des théories de l'apprentissage aux États-Unis, que prend naissance l'application de la méthodologie expérimentale au phénomène de l'hypnose[6]. Hull cherche à appliquer au domaine de l'hypnose une méthodologie particulièrement stricte et reprend le fameux débat entre suggestion (École de Nancy) et état modifié de conscience (École de la Salpêtrière) [7]. La plus grande partie des expériences de Hull se concentrent sur la question de la suggestibilité. Il ne mentionne jamais aucun référent physiologique à cet état spécifique que serait l'hypnose.

Études de médecine et premières expériences avec l'hypnose

En 1923 et 1924, Erickson, alors étudiant en médecine, participe au séminaire sur l'hypnose organisé à l'université du Wisconsin par Hull[8]. Erickson nourrit particulièrement vite des doutes vis à vis de la conviction de Hull selon laquelle l'opérateur, à travers ce qu'il dit et fait au sujet est bien plus important que les processus comportementaux internes du sujet sous hypnose[9]. Il critique aussi «l'acharnement de Hull à instaurer une «technique standard» pour l'induction»[9] sans tenir compte des différences individuelles entre les sujets. En octobre 1923, Erickson décide de lancer son propre projet de recherche, qui l'amène à développer diverses techniques d'induction hypnotique permissive et indirecte[10]. Les expériences menées par Erickson déplaisent à Hull qui a l'impression qu'il ne tient pas suffisament compte de l'importance des suggestions et de la suggestibilité[10]. C'est aussi en 1923, qu'Erickson se marie pour la première fois.

Erickson est médecin en 1928, en premier lieu en psychiatrie au Colorado psychopathic hospital, puis médecin assistant au State Hospital for Mental Diseases à Howard (Rhode Island).

Carrière de psychiatre et premiers articles sur l'hypnose

De 1930 à 1934, il est médecin-adjoint puis médecin-chef du service de recherche à l'hôpital d'état de Worcester dans le Massachusetts. C'est à cette époque qu'il est autorisé officiellement à reprendre ses recherches en hypnose[10] et qu'il publie son premier article sur le sujet[11]. En 1933, après dix ans de vie commune, Erickson se sépare de sa femme et a la garde de leurs trois enfants.

En 1934 il devient Directeur de la recherche psychiatrique à l'hopital psychiatrique Eloise, aussi nommé Wayne County Hospital, dans le Michigan. Cette même année, il épouse Elisabeth Moore, avec qui il aura cinq enfants. C'est aussi à cette époque que le psychanalyste et neurologue Lawrence Kubie commence à s'intéresser aux travaux d'Erickson et qu'ils publient ensemble plusieurs articles dans le Psychoanalytic quarterly.

La seconde guerre mondiale et la cybernétique

De 1939 à 1948, Erickson est directeur de la recherche et de la formation psychiatrique au sein de l'hopital psychiatrique Eloise. En 1939, le couple d'anthropologues Gregory Bateson et Margaret Mead le consultent à propos des processus de transe qu'ils ont pu observer dans leur travail de terrain à Bali. En mai 1942, Kubie invite Erickson à la première conférence Macy, organisée à New York sur le thème de l'«inhibition cérébrale» et qui est essentiellement consacrée à l'étude des phénomènes hypnotiques[12]. L'organisateur de la conférence est le neuropsychiatre et mathématicien Warren McCulloch. Parmi les participants, on trouve surtout le neurophysiologiste Arturo Rosenblueth, le directeur médical de la fondation Macy, Frank Fremont-Smith, Gregory Bateson et Margaret Mead. Cette conférence est à l'origine de l'émergence du mouvement cybernétique. La deuxième guerre mondiale contribue en outre à relancer la question de l'hypnose, et surtout son utilisation fréquemment efficace dans les névroses de combat[13].

Le sage de Phœnix

En 1948, pour raisons de santé, Erickson s'installe à Phœnix dans l'Arizona, et y ouvre un cabinet de consultations privées[3]. En 1949, avec l'obstétricien William Kroger et le psychologue André Weitzenhoffer, il contribue à la création de la Society for Clinical and Experimental Hypnosis.

À l'âge de 51 ans, Erickson est de nouveau frappé par la poliomélite[2]. De 1954 à 1960, Jay Haley et John Weakland rencontrent de nombreuses fois Erickson dans le cadre de leur projet de recherche consacré à l'étude de la communication chez les schizophrènes. Les rencontres avec Erickson font l'objet de discussions régulières avec les autres membres du projet, l'anthropologue Gregory Bateson et le psychiatre Donald D. Jackson.

En 1957, Erickson fonde l'American Society of Clinical Hypnosis avec William Kroger.

C'est en 1973, suite à la publication par Jay Haley de Uncommon therapy, qu'Erickson devient connu du grand public.


Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article : Sources principales utilisées dans la rédaction de l'article.

Livres de Milton Erickson

  • Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, Traité Pratique de l'Hypnose. La suggestion indirecte en hypnose clinique
  • Milton H. ERICKSON, L'hypnose thérapeutique : 4 conférences, Réédition 2009, ESF éditeur, ISBN 978-2-7101-1993-7

La plupart d'articles de Milton Erickson ont été publiés par Ernest L. Rossi dans les fameux «Collected Papers» en 1980 (traduits en français chez Satas)  :

  • Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 1 : De la nature de l'hypnose et de la suggestion Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article
  • Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 2 : Altération par l'hypnose des processus sensoriels, perceptifs et psychophysiologiques
  • Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 3 : Étude par l'hypnose des processus psychodynamiques
  • Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 4 : Innovations en hypnothérapie

Articles de Milton Erickson

  • «À propos d'éventuels effets préjudiciables de l'hypnose expérimentale», The American Journal of Abnormal and Social Psychology, 1932, p. 312-327
  • «Une étude expérimentale de l'éventuelle utilisation antisociale de l'hypnose», Psychiatry, Août 1939, p. 391-414
  • «L'hypnose profonde et son induction», in Leslie M. LeCron (dir. ), Experimental Hypnosis, New York, Macmillan, 1952, p. 70-114
  • «Les techniques naturalistes en hypnose», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1958, 1, p. 3-8
  • «Autres techniques en hypnose clinique : les techniques d'utilisation», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1959, 2, p. 3-21
  • «Note sur l'histoire de la lévitation de la main et d'autres techniques idéomotrices», The American journal of clinical hypnosis, Janvier 1961, 3, p. 196-199
  • «Un exepmle d'erreur d'interprétation potentiellement dangereuse de l'hypnose», The American journal of clinical hypnosis, Avril 1961, 3, p. 242-243
  • «Le syndrome dorsal de l'hypnose de music-hall», The American journal of clinical hypnosis, Octobre 1962, 5, p. 141-142
  • «La technique de confusion en hypnose», The American journal of clinical hypnosis, Janvier 1964, 6, p. 183-207
  • «Éditorial», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1964, 7, p. 1-3
  • «Une technique hypnotique pour les patients résistants : le patient, la technique et sa description, son application pratique», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1964, 7, p. 8-32
  • «les techniques de pantomime en hypnose et leurs implications», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1964, 7, p. 64-70
  • «Premières recherches sur la nature de l'hypnose», The American journal of clinical hypnosis, Octobre 1964, 7, p. 152-162
  • «Éditorial», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1965, 8, p. 1-2
  • «À propos de la nature et des caractéristiques de différents états de conscience : une étude avec Aldous Huxley», The American journal of clinical hypnosis, Juillet 1965, 8, p. 14-33
  • «Nouvelle étude expérimentale sur l'hypnose : réalités hypnotiques et non-hypnotiques», The American journal of clinical hypnosis, Octobre 1967, 10, p. 87-135

Avec Lawrence Kubie

  • (en) «The use of automatic drawing in the interpretation and relief of a state of acute obsessional depression», Psychoanalytic Quarterly, 7, 1938, p. 443-466
  • (en) «The permanent relief of an obsessional phobia by means of communications with an unsuspected dual personality», Psychoanalytic Quarterly, 8, 1939, p. 471-509
  • (en) «The translation of the cryptic automatic writing of one hypnotic subject by another in a trance-like dissociated state», Psychoanalytic Quarterly, 9, 1940, p. 51-63
  • (en) «The successful treatment of a case of acute hysterical depression by a return under hypnosis to a critical phase of childhood», Psychoanalytic Quarterly, 10, 1941, p. 583-609

Avec Jay Haley et John Weakland

  • «Transcription d'une induction de transe avec commentaires», The American journal of clinical hypnosis, Octobre 1959, 2, p. 49-84

Avec Ernest L. Rossi

  • «Les expériences d'autohypnose de Milton H. Erickson», The American journal of clinical hypnosis, juillet 1977, 20, p. 36-54

Livres consacrés exclusivement à Milton Erickson

  • Jay Haley, Un thérapeute hors du commun : Milton H. Erickson, 1973
  • (en) Jeffrey Zeig, Experiencing Erickson : An introduction to the man and his work, Brunner Mazel, New York, 1980
  • Sidney Rosen, Ma voix t'accompagnera, 1982
  • (en) Jeffrey Zeig, A teaching Seminar with Milton H. Erickson, Brunner Mazel, New York, 1985
  • (en) Stephen Gilligan, Therapeutic trances : The cooperation principle in Ericksonian hypnotherapy, Brunner Mazel, New York, 1987
  • Dominique Megglé, Erickson, Hypnose et Psychothérapie, Retz, Paris, 2002
  • (en) Betty Alice Erickson et Bradford Keeney, Milton H. Erickson, M. D., an American Healer, 2006. À paraître en français chez Satas fin 2008.
  • Jean GODIN, Jacques-Antoine MALAREWICZ, Milton H. Erickson, 2005, ESF éditeur, ISBN 978-2-7101-1749-0

Livres consacrés en partie à Milton Erickson

  • Jay Haley, Stratégies de la psychothérapie, 1963
  • François Roustang, Influence, Minuit, Paris, 1990
  • Jean-Jacques Wittezæle et Teresa Garcia, À la recherche de l'École de Palo Alto, Seuil, Paris, 1992
  • Jean-Jacques Wittezæle (dir. ), La double contrainte. L'héritage des paradoxes de Bateson, De Bœck, Paris, 2008

Autres livres utilisés pour la rédaction de cet article

Liens externes

Notes et références

  1. Jean-Jacques Wittezæle et Teresa Garcia, À la recherche de l'École de Palo Alto, Seuil, Paris, 1992
  2. abcd Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 1 : De la nature de l'hypnose et de la suggestion, Satas, 1980, p. ix
  3. ab François Roustang, Influence, Minuit, Paris, 1990, p. 37
  4. Pierre Janet, La médecine psychologique, 1923, p. 20
  5. Wilhelm Wundt, Hypnotisme et suggestion, Félix Alcan, 1892, p. 154
  6. Léon Chertok (dir. ), Résurgence de l'hypnose, Desclée de Brouwer, 1984, p. 97
  7. Léon Chertok (dir. ), Résurgence de l'hypnose, Desclée de Brouwer, 1984, p. 98
  8. Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 1 : De la nature de l'hypnose et de la suggestion, Satas, 1980, p. 5
  9. ab Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 1 : De la nature de l'hypnose et de la suggestion, Satas, 1980, p. 6
  10. abc Milton H. Erickson et Ernest L. Rossi, L'intégrale des articles de Milton H. Erickson. Tome 1 : De la nature de l'hypnose et de la suggestion, Satas, 1980, p. 19
  11. «À propos d'éventuels effets préjudiciables de l'hypnose expérimentale», The American Journal of Abnormal and Social Psychology, 1932, p. 312-327
  12. Jean-Jacques Wittezæle et Teresa Garcia, À la recherche de l'École de Palo Alto, Seuil, Paris, 1992, p. 52
  13. Léon Chertok (dir. ), Résurgence de l'hypnose, Desclée de Brouwer, 1984, p. 99

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Milton_Erickson.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu