Méditation

Le terme méditation sert à désigner une pratique mentale ou spirituelle. Elle consiste en une attention portée sur un certain objet de pensée ou sur soi.



Catégories :

Développement personnel - Méditation

Recherche sur Google Images :


Source image : www.meditation-nantes.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Du chinois «chan». Philosophiquement, la démarche méditative consiste à se mettre face à soi même et ainsi percevoir notre façon d... (source : metaforme-consulting)
Une posture caractéristique de la méditation orientale

Le terme méditation (du latin meditatio) sert à désigner une pratique mentale ou spirituelle. Elle consiste en une attention portée sur un certain objet de pensée (méditer un principe philosophique par exemple, dans le sens d'en approfondir le sens) ou sur soi (dans le sens de pratique méditative pour réaliser son identité spirituelle). La méditation implique le plus souvent que le pratiquant amène son attention de façon centripète sur un seul point de référence. [1]

La méditation est au cœur des pratiques du Bouddhisme, de l'hindouisme, du Taoisme, du Yoga, de l'Islam, de la Chrétienté et d'autres formes plus récentes de spiritualité. C'est une pratique visant à produire la paix intérieure, la vacuité de l'esprit, des états de conscience modifiés ou l'apaisement progressif du mental ou alors une simple relaxation, obtenus en se "familiarisant" avec un objet d'observation : qu'il soit extérieur (comme un objet réel ou un symbole) ou intérieur (comme l'esprit ou un concept, ou alors l'absence de concept).

Lexique

Le penseur
  1. - 1250 relig. meditatiun «contemplation» [5] ;
  2. - 1380 meditacion «action de réfléchir profondément»[6];
  3. - 1626 méditation «écrit sur un sujet religieux (ou philosophique)»[7].

Emprunté au latin meditatio (dérivé de meditari), «préparation (à un discours, à écrire)», «réflexion», sens particulièrement habituel chez les auteurs chrétiens (voir Blaise Lat. chrét. et Nov. Gloss), d'où l'évolution du sens dans la langue religieuse. [8]

Principes généraux

Salle de méditation au Japon

Les techniques de méditation sont particulièrement diverses. Elles peuvent cependant être classées selon leur foyer d'attention : une zone corporelle spécifique ou le déplacement d'une zone à une autre, une vision précise, le vide de tout concept ou vacuité, un objet spécifique pré-choisi profane ou religieux, le nom d'une déité ou d'un concept inspirant la paix (mantra), le souffle, un son, une incantation, un koan ou énigme évoquant des interrogations, une visualisation, ou un exercice mental[9].

Certaines pratiques méditatives, comme celles du yoga ou du tantra, peuvent être rattachées à des religions, d'autres sont indépendantes de tout contexte religieux[10]. La méditation peut être désignée par d'autres appellations : relaxation, concentration, état modifié de conscience, suspension des processus de la pensée rationnelle et logique, et maintien de l'observation de soi[9].

Dans la méditation dite de "la plénitude", par exemple, le méditant se repose confortablement et silencieusement, centrant l'attention sur un objet ou un processus : «... Glissant librement d'une vision à une autre... Aucune pensée, image ou sensation n'est reconnue comme une intrusion. Le méditant, avec une attitude vide de tout effort, est invité à explorer l'ici et désormais. En utilisant l'ouverture panoramique comme point d'ancrage... ce qui ramène le sujet constamment au présent, évitant l'analyse ou l'imagination cognitive concernant le contenu de la conscience, et augmentant tolérance et relaxation du nom secondaire de la pensée processus. »[9].

Dans l'hindouisme

Une méditation collective à Sri Lanka

Il y a plusieurs types de méditation dans l'hindouisme et dans la philosophie indienne :

Méditation avec support, il existe de nombreuses propositions de méditation avec support :

Méditation sans support, pour que l'esprit parvienne au calme et au détachement des désirs du monde et cesse de vagabonder. Il s'agit alors, selon cette méthode, d'être présent et de rester conscient et disponible à l'épanouissement spontané du silence.

La foi Bahá'í

Bien que le fondateur de la foi Bahá'í n'ait jamais indiqué aucune forme spécifique de méditation, certaines pratiques sont méditatives : "La méditation est la clé pour ouvrir les portes des mystères à votre esprit. L'homme s'abstrait lui-même, dans cet état il se retire de l'ensemble des objets extérieurs ; il est immergé dans l'océan de la vie spirituelle et peut dévoiler les secrets des choses en elles-mêmes. "[15]. Une d'entre elles est la répétition quotidienne de : Dieu est le plus glorieux, en arabe : ???? ????.

Le Bouddhisme

Icône de détail Article détaillé : Méditation bouddhique.
Gautama Bouddha en méditation.

La méditation a toujours été centrale au bouddhisme. Le Bouddha historique a obtenu son éveil spirituel en méditant sous l'arbre nommé "l'arbre de la Bodhi". La majorité des formes de Bouddhisme distinguent deux classes de pratiques en matière de méditation pour atteindre l'illumination :

Différencier ces deux types de pratiques n'est pas forcément aisé, sauf dans Anapanasati qui débute en shamatha, et se termine en une pratique vipassana.

Dans les ordres monastiques

Méditation de Saint François par Francisco de Zurbarán

Chrétienté

Chez les moines orthodoxes l'hésychasme ou "prière du cœur" est une prière silencieuse invoquant le nom de Jésus au rythme de la respiration. Par son rapport au corps, il est l'équivalent chrétien de certaines techniques de méditations orientale[16]

L'oraison silencieuse est la pratique de l'Ordre du Carmel.

Les exercices spirituels sont un ouvrage de méditation et de prière qui est reconnu comme le chef d'œuvre spirituel d'Ignace de Loyola.

La lectio divina est une expression latine qui veut dire lecture des textes divins, spirituels, ou des Saintes Écritures, et qui représente une méthode de prière et de lecture des Écritures

Islam

Il existe deux concepts de la meditation dans l'Islam. Le premier est issu du Coran et l'autre est celui développé par les Soufis. Le premier est nommé taffakur dans le Coran, c'est-à-dire la réflexion sur les sourates du Coran ou la contemplation de la création d'Allah ("Méditez sur la création d'Allah et ne méditez pas sur Allah car vous ne l'apprécierez pas à sa juste valeur. " (Ibn'Abbas) ). Le second est une pratique mystique du soufisme nommée Mouraqaba[17]

Jaïnisme

Méditation Jaïn

La méditation Jain se nomme Samayika. Samayika veut dire être totalement présent au point de non changement. Elle se pratique dans la position du lotus mais d'autres postures sont envisageables. Elle permettrait de se détacher du changement perpétuel et d'accéder à l'atman non changeant. La pratique de Samayika revêt une importance spécifique lors de la période de 8 jours nommée Paryushana.

Judaisme

Bien que d'une nature légèrement différente des méditations orientales, il existe une méditation hébraïque transmise de maître à disciple. Issue de la mystique juive, le hassidisme, elle est fondée sur une interprétation des textes par laquelle la transformation intérieure serait parallèle à la découverte de nouveaux sens. Cette approche du texte pourrait conduire à se retirer en soi, Tsimtsoum [18].

Sikhisme

Il est dit qu'un Sikh devrait se lever trois heures avant l'aube, prendre un bain et concentrer ses pensées sur l'être immortel et répèter le nom Waheguru (un nom de dieu, le maître suprême). Cette pratique précède la récitation des écritures[19].

Taoisme

Spiritualité contemporaine

Dans la spiritualité contemporaine, comme par exemple dans les enseignements de Krishnamurti ou Jean Klein, le terme de méditation sert à désigner un état de lucidité silencieuse sans support, une vigilance où les constructions mentales sont absentes. Ils ont dessiné quelques directions de méditation :

Dans d'autres enseignements modernes comme par exemple ceux de Rudolf Steiner, la vision de la méditation est tout autre. Elle répond a un besoin intérieur inhérent à la nature humaine. En effet, la conscience de soi de l'être humain actuel a été gagnée au prix de la perte de la vision de notre nature spirituelle et de la nature spirituelle du monde. Les questions existentielles de l'être humain proviennent de la perte de cette vision. Leur résolution n'est complète que quand l'âme humaine est à nouveau abreuvée par le monde spirituel. Par la méditation basée sur la pensée, l'être humain peut rendre cette faculté, qui est la plus élevée qu'il possède, autonome et libérée du corps. C'est par la pensée que tout être humain peut à nouveau faire l'expérience objective du monde spirituel. Ce contact avec le monde spirituel s'en trouve métamorphosé car il est désormais conscient et libre, chose qui n'était pas envisageable dans le passé de l'humanité. [24]

Posture de méditation dans le Yoga

Le New Age

Le New Age a rassemblé ou mélangé toutes sortes de pratiques méditatives en un patchwork, puisant dans la religion ou les spiritualités des peuples premiers, y ajoutant plus récemment les cristaux ou des musiques spécifiques pour la relaxation composées à cet effet. Le terme et la pratique sont entrés dans le langage familier, en partie par le biais du Hatha yoga qui est globalement bien accepté en Occident.

Recherches scientifiques

La psychologie s'est quelquefois intéressée à la méditation, dans ces applications psychothérapeutiques éventuelles. La psychothérapie cognitivo-comportementale propose aux personnes souffrant de ruminations mentales, par exemple lors d'une dépression, une forme de méditation qui se rapproche du Zen, mais dont les éléments typiques d'une spiritualité ont été supprimés.

Dans le cadre des recherches scientifiques ou philosophiques sur la nature de la conscience, certains auteurs défendent l'importance de la méditation comme pratique introspective, à travers laquelle le chercheur peut observer son propre flux de pensées et acquérir un savoir autrement inaccessible. Susan Blackmore défend par exemple, sur base de sa propre pratique du zen et de ses recherches scientifiques, que la conscience est une illusion.

Du 8 au 10 novembre 2005, des scientifiques de renommée mondiale rencontraient le dalaï-lama et d'autres personnalités du monde spirituel pour discuter des bases scientifiques et des applications cliniques de la méditation. Organisées par le Mind and Life Institute, ces trois journées se déroulaient à Washington, aux États-Unis, avant l'ouverture du Congrès annuel de la Society for Neuroscience où le dalaï-lama était invité à prendre la parole[25].

Selon David Orme Johnson, 160 études scientifiques ont été publiées sur la Méditation Transcendantale et le programme TM-Sidhi, dans des revues scientifiques à comité de lecture ou des ouvrages édités[26].

Certaines études médicales ont été faites pour déterminer si certaines pratiques méditatives pouvaient être associées à la psychothérapie. Dans la majorité des cas, les conclusions étaient positives, sous condition d'un encadrement strict et que les objectifs de la thérapie soient en accord avec les effets de la méditation proposée[27]

Critiques de la méditation

Si la majorité des pratiques de méditation, dans leurs principes, sont le plus souvent bien acceptées, il existe cependant deux critiques principales :

Bibliographie

Notes et références

  1. Spiritual Dictionary
  2. Foi t. 1 1968.
  3. Estaunié, Empreinte, 1896, p. 136.
  4. Gide, Porte étr., 1909, p. 591.
  5. Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, 38, 4.
  6. Roques t. II, Paris, B. N. Lat. 13032, 7341 : meditacio, cionis meditacion. pensée.
  7. A. de Laval, Dévote méditation sur les saints anges, titre.
  8. (fr) Définitions lexicographiques et étymologiques de Méditation du CNRTL.
  9. abc Perez-De-Albeniz, Alberto; Jeremy Holmes (Mar 2000). "Meditation : concepts, effects and uses in therapy". Mondial Journal of Psychotherapy 5 (1)  : 10p. Retrieved on 2007-08-23.
  10. Zen Buddhism : A History (India and China) By Heinrich Dumoulin, James W. Heisig, Paul F. Knitter.
  11. David Frawley, Yoga et Ayurveda, p. 80.
  12. [1]
  13. [2]
  14. Yoga-Sûtra : I-2 : "Le yoga est le cessation des activités perturbatrices du mental. "
  15. `Abdu'l-Bahá, Paris Talks, 1995, p. 175, ed. Bahá'í Distribution Service, ISBN 1870989570.
  16. Encyclopædia Universalis, article "Hésychasme"
  17. Muraqabah expliquée
  18. Tsitsoum : Introduction à la méditation hébraïque de Marc-Alain Ouaknin
  19. La méditation du Sikhisme
  20. page 117, (fr) Jean Klein, Transmettre la lumière, Editions du Relié, Gordes, 2005, 367 p. ISBN 2914916469.
  21. page 118, (fr) Jean Klein, Transmettre la lumière, Editions du Relié, Gordes, 2005, 367 p. ISBN 2914916469.
  22. page 118, (fr) Jean Klein, Transmettre la lumière, Editions du Relié, Gordes, 2005, 367 p. ISBN 2914916469.
  23. page 119, (fr) Jean Klein, Transmettre la lumière, Editions du Relié, Gordes, 2005, 367 p. ISBN 2914916469.
  24. Rudolf Steiner, L'initiation - Guidance in esoteric training, Rudolf Steiner Press, 2001.
  25. Aromalves : La Méditation : Une médecine d'avant-garde ?
  26. Site personnel de David Orme Johnson
  27. Meditation and Psychotherapy : A Review of the Literature
  28. (Lukoff, 1998; Perez-De-Albeniz & Holmes, 2000)
  29. Shapiro (1992)
  30. (Bogart, 1991).

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9ditation.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu