Hyperventilation

L'hyperventilation ou accélération et augmentcation respiratoire est une ventilation non-physiologique, c'est-à-dire avec modification des pressions partielles normales des gaz sanguins.



Catégories :

Technique de plongée - Accident de plongée - Développement personnel - Signe clinique en pneumologie

Recherche sur Google Images :


Source image : tronchedecake.blogspot.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • l'encyclopédie de la plongée, le savoir et le partage des connaissances sur la... L'hyperventilation est définie comme étant la pratique d'expirations et ... En apnée elle survient généralement après une apnée trop poussée (risques d'... (source : wikidive)
  • ... L'hyperventilation est une respiration trop rapide.... Le fait de respirer dans un sac de papier risque d'augmenter... Les plongeurs en apnée qui s'hyperventilent volontairement le font à leurs risques et périls.... (source : quebecsecours.qc)
  • ... L'hyperventilation est une méthode fréquemment utilisée par les plongeurs en apnée avant le grand saut.... Le plongeur dans les pommes n'a plus le réflexe de remonter à la surface et risque de se noyer.... (source : gest.e-sante)

L'hyperventilation ou accélération et augmentcation respiratoire est une ventilation non-physiologique, c'est-à-dire avec modification des pressions partielles normales des gaz sanguins. Lors d'une hyperventilation, la pression partielle de dioxyde de carbone dans les poumons (et par conséquence dans le sang artériel) va diminuer. Sur le plan du pH sanguin, cela va produire une alcalose respiratoire.

Elle peut aussi être produite volontairement pour obtenir un état de transe, permettre une prise de conscience émotionnelle en développement personnel, par exemple dans la technique du rebirth ou encore en cas de plongée en apnée.

Utilisation en plongée

En apnée, elle est utilisée pour diminuer le taux de dioxyde de carbone dans le sang (sans pour tout autant augmenter notablement le taux d'oxygène). Cette pratique peut être dangereuse car le dispositif d'alarme du corps est faussé. En effet, le réflexe de respiration et l'envie de respirer sont basés sur le taux de CO2 dissous dans le sang. L'organisme a aussi un mécanisme de protection lié au taux d'O2 qui provoque une syncope si ce dernier est trop bas. Théoriquement, l'envie de respirer survient avant que le corps ne déclenche une syncope. L'hyperventilation fait augmenter le seuil du réflexe de respiration de sorte qu'il est atteint après le seuil de syncope.

Risques liés à l'hyperventilation

En général, le risque le plus habituel est que la victime cède à la panique avec les risques inhérents (chute, chocs, traumatisme, etc. ).

Dans le cas de la plongée sous-marine, si la victime est en surface, partiellement immergée, le risque principal est que la tête tombe dans l'eau et qu'elle se noie. Si la victime est en plongée, le risque est alors important qu'elle tombe en syncope avant d'avoir eu envie de respirer et qu'elle se noie aussi.

Causes

Les causes sont nombreuses et variées, volontaires ou pathologiques comme indiquées ci-dessus. Néanmoins, on peut citer :

Symptômes

Dans le cas d'une hyperventilation, la respiration s'accélère et devient saccadée. Elle s'accompagne de vertiges, d'agitation, de tremblements, d'engourdissement, etc.

On peut aussi constater des troubles de la vision (vision double par exemple), une sensation de flottement du corps, de perte de conscience mais aussi des tremblements.

D'autres symptômes peuvent aussi accompagner le tableau clinique : difficultés de concentration, sécheresse des muqueuses, palpitations, douleurs thoraciques, fatigue. L'hyperventilation peut aller jusqu'à la perte de connaissance, la tétanie par contraction musculaire, ou l'arythmie cardiaque.

Syndrome chronique d'hyperventilation C'est un état assez habituel. Aux symptômes cités ci-dessus s'ajoutent la sensation de manquer d'air, une oppression thoracique, une toux sèche, des raclements de gorge et un besoin habituel de bâiller et de soupirer.

Ces symptômes prêtent fréquemment à confusion, pouvant laisser croire, dans leur état de crise à un asthme (déclenchement en présence de poussière, d'odeur forte, d'effort, etc. ).

Traitement

La victime d'une telle crise doit être encadrée et rassurée pour ne pas céder à la panique. Quelquefois, le fait de respirer dans un sac en papier (l'utilisation d'un sac en plastique est dangereuse en raison d'un risque de suffocation) sert à rétablir partiellement le taux de CO2. Cette pratique doit évidemment être réalisée avec précaution et le sac en papier doit être retiré dès que les symptômes disparaissent.

Le corps médical semble désormais mettre en doute ce procédé longtemps pratiqué.

Prévention

L'hyperventilation est fréquemment le symptôme d'une autre pathologie. Il est conseillé dans ce cas de consulter un spécialiste afin d'identifier l'origine du mal et de le traiter.

En plongée en apnée

Dans le cas de la plongée en apnée, l'issue d'une hyperventilation forcée pouvant être fatale, il faut éviter de pratiquer seul et sans surveillance.

Pour prévenir ce risque, il est conseillé de mettre en œuvre la règle du tiers temps.

Réferences

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperventilation.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 31/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu